Après quelques années dans le business de l’hôtellerie restauration, Alexis décide de se réorienter dans la vente, et devient vendeur indépendant avec geninc, où il trouvera l’accompagnement nécessaire pour évoluer dans sa carrière. Deux ans plus tard, à 22 ans seulement, il devient franchisé geninc. Nous lui avons posé quelques questions sur son parcours, son état d’esprit, et ses objectifs pour l’avenir.

Quel a été ton parcours avant de devenir vendeur indépendant ?

Mon parcours est un peu atypique. Alors que j’étais encore au lycée, en Première, mon professeur m’a conseillé de me réorienter dans un CAP restauration. J’ai suivi ses conseils. J’avais 16 ans à cette époque, mes parents sont partis à l’étranger. Je me suis donc installé seul dans un appartement à Grenoble. J’ai poursuivi par un brevet professionnel en alternance. Pour ma deuxième année d’alternance, j’ai déménagé à Lyon. J’ai voulu ensuite me reconvertir dans la vente, je ne voyais plus mon avenir dans la restauration. J’ai donc postulé pour un BTS négociation et relation client en alternance. Et c’est en postulant pour ce BTS que je suis tombé sur une annonce de geninc.

Quel a été ton premier ressenti de geninc ? 

Je trouvais que l’ambiance était cool et les gens sympas mais je ne réalisais pas encore qu’une réelle opportunité m’attendait.

J’avais prévu de partir une semaine en vacances avant de connaître geninc. J’y suis donc allé comme prévu et comptais revenir travailler en tant que vendeur indépendant avec geninc. Sauf que durant mes vacances ma voiture est tombée en panne, j’ai donc dû rester une deuxième semaine en vacances. A mon retour, j’étais déterminé à réussir au sein de geninc, et aujourd’hui je ne regrette pas d’avoir été plus loin.

Je ne réalisais pas encore qu’une réelle opportunité m’attendait.

Quel est ton meilleur souvenir avec geninc ?

Mes meilleurs souvenirs je pense que ça a été les roadtrips. C’était pendant ces séjours que je rigolais le plus avec les autres vendeurs indépendants et où je passais les meilleurs moments. C’est dans les roadtrip que j’apprenais le plus, notamment sur la gestion d’équipe.

Je sentais que je me développais bien plus parce que je sortais vraiment de ma zone de confort.

Un autre souvenir qui est plutôt une anecdote assez drôle c’est que j’ai peur des chiens. A chaque fois que les consommateurs qui avaient un chien me proposaient d’entrer chez eux, je refusais. Je trouvais toujours un prétexte pour ne pas entrer et ne pas avoir à faire face à un chien.

Qu’est ce qui t’a plu dans ton expérience de vendeur indépendant ?

Ce qui me plaît le plus avec geninc c’est le challenge, le fait de te prouver tous les jours que tu es le meilleur.

Depuis que je travaille avec geninc, beaucoup de choses ont changé chez moi. J’ai appris à adopter une posture plus professionnelle, j’ai gagné en confiance en moi et je suis beaucoup plus responsable de mes décisions.

Ce qui me plait le plus, c’est le challenge, le fait de te prouver tous les jours que tu es le meilleur.

Qu’est ce qui change maintenant que tu es franchisé ?

Ce qui change surtout c’est la prise de responsabilité. Mais c’est aussi selon moi le fait d’être plus attentionné sur des détails, des chiffres, des comportements, tout ce qui tourne autour de notre entreprise.

Quels sont tes projets pour la suite ?

Je voudrais rendre mon entreprise prospère et développer un maximum de personnes pour qu’ils puissent à leur tour être leur propre patron et se développer tant sur le plan personnel que professionnel.

Sur le plan personnel, je projette de lancer une marque de rhum et une autre de costumes. Enfin, j’aimerais étendre mon entreprise en Allemagne et en Espagne parce que j’adore la culture espagnole.

Quels conseils donnerais-tu au toi d’il y a deux ans, ou à un futur franchisé ?

  • Rester concentré
  • Garder en tête le pourquoi de ce qu’on fait
  • Bien s’entourer que ce soit personnellement ou professionnellement